Welcome To Special Olympics International!

We are a global organization with programs in 170 countries. This site may be customized by language and geographic region.

Stéphanie Handojo incarne le véritable esprit des jeux olympiques

Stéphanie ‘Fani’ Handojo est l’une des nombreuses athlètes Special Olympics dans le monde qui a montré autant de persévérance et d’acharnement que les athlètes qui s'entraînaient pour les J.O de Londres en 2012.

Une source d’inspiration

28 juin 2012 : Stéphanie Handojo avec la Flamme Olympique à Nottingham, Angleterre.

Stéphanie excellait en sport et musique, et a reçu les félicitations de sa communauté locale et même du Président de la République d’Indonésie. En reconnaissance de ses exploits, cette jeune fille de 20 ans a représenté l'Indonésie à l'occasion du relais de la flamme olympique des J.O de Londres, dans le Nottinghamshire, le 28 juin 2012.

Nominée par L’UNICEF Indonésie et le British Council, Stéphanie a intégré l’International Inspiration, le programme officiel de transmission internationale de l’héritage des sports de Londres 2012. Stéphanie a été sélectionnée avec 20 autres jeunes personnes pour leur « dévouement et leur engagement à l’égard des enfants et des jeunes qu’ils inspirent dans leurs communautés grâce au sport, ou pour les défis personnels qu’ils ont dû affronter au cours de leur vie. »

Un rêve réalisé

Stéphanie s’entraîne à Jakarta, sa ville d’origine, en Indonésie.

La maman de Stéphanie, Maria Yustina, est extrêmement fière d’avoir vu sa fille participer au relais de la flamme olympique. « Être choisi parmi 12 millions d'enfants pour porter la flamme olympique, c’est une opportunité exceptionnelle, quelle réalisation magnifique pour ma fille. Fani prouve qu’à force de persévérance, de discipline et de conviction, elle peut réaliser ses rêves. »

Pour Stéphanie, cet honneur s’ajoute à une année 2012 déjà exceptionnelle : elle vient de réussir ses examens du cycle terminal en lycée professionnel.

Désir de réussite

De l'or à Athènes pour Stéphanie

Les exploits de Stéphanie découlent de l’engagement inébranlable de Maria à soutenir l’excellence de Stéphanie. Maria reconnaît le potentiel de sa fille et n'y voit aucune limite. En dépit d’un revers qui a empêché Stéphanie de continuer à nager, Maria savait qu'un jour elle réussirait.
« Pendant une compétition de natation, Stéphanie s'est presque noyée », a déclaré Maria. « Elle a été tellement traumatisée qu’elle n’a pas nagé pendant trois ans. »

Maria a aidé Stéphanie à surmonter sa peur, en la prenant dans ses bras jusque dans le milieu de la piscine, tout en assurant à sa fille que rien ne pourrait lui arriver.

Une fois la confiance de sa fille restaurée, Maria a travaillé en proche collaboration avec les entraîneurs de Stéphanie. Stéphanie s’entraîne trois fois par semaine, quatre fois avant une compétition, avec des exercices de remise en forme générale, de la musculation et de la marche. « Elle finit systématiquement parmi les trois premiers aux compétitions locales et nationales », déclare Maria. L’expérience de Stéphanie a été couronnée par une médaille d’or pour l’épreuve du 50 m brasse lors des Jeux Mondiaux d’Été 2011 Special Olympics à Athènes.

Trois ‘D’ de l’esprit sportif

Un solide appui : Stéphanie avec sa famille à Nottingham.

Maria connaît très bien le niveau d'exigence en compétition ; dès l’âge de neuf ans, elle a joué au badminton au niveau national pendant huit ans. La philosophie de Maria qui sous-tend la motivation de Stéphanie est celle de la discipline, de la détermination et du dévouement : « Pour réussir, il faut être discipliné et persévérer dans l’entraînement. Chaque athlète doit s’efforcer d’atteindre un niveau d'esprit sportif élevé et de maintenir une performance maximum. Il doit se préparer mentalement à l’échec, ne jamais désespérer ou abandonner. C’est ce que je rappelle à Stephanie avant chaque compétition. »

Le rêve se poursuit

Stéphanie et ses coéquipiers d'International Inspiration.

Stéphanie doit encore relever un défi, celui d’apprendre à vivre de manière indépendante. Elle travaille actuellement à la blanchisserie familiale avec ses parents et ses frères et sœurs. Stéphanie rêve notamment d’inspirer la communauté de la trisomie 21 et d’enseigner l’autonomie aux enfants trisomiques.